• Le juste équilibre entre l’autorité parentale et les droits de l’enfant

    Imaginons les scenes suivantes:
    1- la premiere scène se passe dans une famille française. Un garçon va chez le médecin avec sa mère. Il a fait la fièvre toute la nuit. Le médecin le consulte et lui fait prélever le sang pour analyse. A la fin de la consultation, dès qu’ils franchissent la porte du médecin, le garçon donne un violent coup de pied dans le derrière de sa mère en criant: » Tu m’avais dit qu’on ne me fera pas d’injection! » La mère, malgré la douleur provoquée par le coup de pied, se confond en excuses devant son enfant.

    2- la 2eme scène se passe dans une famille camerounaise. Un garçon revient de l’ecole. Son père lui demande si le professeur de maths a corrigé son devoir. Le garçon lui tend la feuille sur laquelle apparaît une note de 8/20. Avant de dire un mot, son père lui envoie deux giffles, puis il lui dit : »Tu aurais dû avoir 18/20, vas dans ta chambre, tu es privé de dîner ce soir. Cela t’apprendra à mieux étudier tes lecons de maths. »

    Ce genre d’exemples déja observés nous emmènent à nous poser plusieurs questions. Où commence l’autorité parentale, où s’arrête-t-elle et où commencent les droits de l’enfant?

    Au Canada, le code civil définit l’autorité parentale comme « l’ensemble des droits et obligations que les parents ont envers leur enfant dès la naissance jusqu’a 18 ans.  »
    Exemple le droit de garder l’enfant , d’exercer sa surveillance et son education, de veiller sur sa sécurité et sur sa santé; l’obligation de le nourrir, de choisir son domicile et son école etc.

    Les droits de l’enfant sont « des droits humains spécifiquement adaptés à l’enfant car ils tiennent compte de sa fragilité, de ses spécificités, et des besoins propres à son âge ».
    L’enfant a droit à la dignité à travers la protection de l’intégrité physique et mentale (protection contre l’esclavage, la torture, et les mauvais traitements.

    Mais L’enfant a aussi des devoirs. Par exemple, l’enfant ne peut pas quitter le domicile des parents sans leur autorisation. L’art 597 du Code Civil Québécois stipule que l’enfant doit du respect à ses parents.
    L’enfant a également droit à l’éducation. On définit l’éducation comme « la somme des procédés par lesquels, dans toute Société, les adultes tentent d’inculquer aux plus jeunes leurs croyances, leurs coutumes et leurs valeurs….. différent de l’enseignement ou de l’instruction qui vise notamment la transmission des connaissances et la formation intellectuelle ». (Charte sociale européenne). L’éducation implique que les parents apprennent à l’enfant à vivre en société. Quel procédé doit-on utiliser pour inculquer à l’enfant ses valeurs et lui apprendre à vivre en Société ? On sait que L’enfant a plus tendance à la désobéissance qu’à l’obéissance . Comment l’amener à obéir à ses parents?

    Dans les temps bibliques , chez les juifs, les parents avaient le droit de vie ou de mort sur leurs enfants.
    Sous l’empire romain jusqu’au 6eme siècle après JC (code Justinien) les parents avaient aussi le droit de vie ou de mort sur leurs enfants.
    En Chine les parents pouvaient tuer un enfant désobéissant.
    Au Moyen-Orient, pour certains, le crime d’honneur permet de tuer un enfant qui a déshonoré la famille.
    En France sous l’ancien regime, l’art 375 du Code Civil reconnaissait le droit de correction du père qui pouvait mettre son fils en prison ou sa fille au couvent pour cause de désobéissance.
    C’est à partir de la fin du 19 éme siècle qu’on commence à penser à revoir le droit de correction des parents sur les enfants et d’une manière générale à combattre la violence exercée par les adultes sur les enfants. Les débats et les propositions vont évoluer jusqu’à conduire à la convention relative aux droits de l’enfant de 1989 signée et ratifiée par le Canada.

    En principe, « les parents ont le droit d’imposer leur autorité à leur enfant et même d’exercer un droit de correction mais ils ne doivent pas les mal-traiter.  »

    Qu’est ce que la mal-traitance?
    L’observatoire de l’enfance en danger en France définit l’enfant maltraité comme  » celui qui est victime de violences physiques, de cruautés mentales, abus sexuels, negligences lourdes ayant des conséquences sur son développement physique et psychologique ». L’interprétation de la notion de mal-traitance est différente d’un pays à l’autre:
    – En France, jusqu’au debut du 21eme siècle , la gifle ou la fessée etaient tolérées, mais les coups de ceinture ou de baton tombaient dans la maltraitance.
    – Dans la plupart des autres pays européens, toute forme d’actes physiques tombent dans la mal-traitance (tape, gifle, fessée…)
    – Au Canada , l’article 43 du Code criminel du Canada,appelé article de la fessée dit:
    « Tout instituteur, père ou mère, ou toute personne qui remplace le père ou la mère, est fondé à employer la force pour corriger un élève ou un enfant, selon le cas, confié à ses soins, pourvu que la force ne dépasse pas la mesure raisonnable dans les circonstances ». Cette loi est contestée. Certains appellent toute forme de correction des parents sur l’enfant « La violence éducative « . Une association de protection des droits de l’enfant (Canadian Foundation for Children, Youth and the Law) a attaqué cet article en disant qu’il n’était pas conforme à la constitution, mais la Cour Suprême décida qu’il « ne contrevenait pas à l’article 7 de la Charte canadienne des droits et libertés ». Cependant, dans sa décision, la Cour a établi que l’emploi de la force devrait se limiter à des mesures de correction qui sont dans l’intérêt l’enfant », la correction ne devrait pas se donner avant 2 ans et pas à l’aide d’un objet.
    – En Afrique et dans la plupart des pays du tiers monde, la fessée et la gifle sont des moyens utilisés pour discipliner les enfants. Mais on doit reconnaître qu’il y a dans ces pays, un problème de juste mesure ou de correction appropriée (l’exemple 2 ci-dessus, ou une gifle pour un verre cassé par inadvertance)

    LE DANGER DANS NOS SOCIETES
    Chaque immigrant qui arrive au Canada est informé qu’on n’a pas le droit de taper ses enfants sinon on risque la prison et/ou le retrait de ses enfants. Certains s’entêtent et continuent à se comporter comme dans leur pays d’origine; d’autres abandonnent leurs responsabilités, n’essayant même plus d’appliquer d’autres formes de corrections. L’enfant devient le patron de la maison (comme dans l’exemple 1 ci-dessus)
    Beaucoup semblent ignorer l’existence de l’article 43 et oublier les devoirs de l’enfant, notamment celui de respecter les parents. Oui l’autorité parentale s’arrête là où commence les droits de l’enfant, mais les droits de l’enfant s’arrêtent là où commencent l’obéissance aux parents.

    Immigrants ou non, tous les parents doivent exercer un juste équilibre entre leur autorité et les droits de leurs enfants. Les enfants doivent apprendre à connaître et à respecter l’autorité. Sinon ils arrivent à leur majorité n’ayant pas de repère d’autorité , ayant été élevés comme des enfants-rois qui doivent subitement obéir aux institutions et aux Lois en vigueur. Certains par peur des sanctions se rangent, d’autres n’arrivent pas à s’y faire et restent en conflit avec toute forme d’autorité.

    Là où la « violence éducative » n’est pas permise, les psychologues doivent proposer des substituts. En attendant, chaque parent, qui connaît mieux son enfant doit savoir quelle méthode marche pour lui: le petit coin, la privation de jeu ou d’une sortie, le dialogue etc. Mais parfois tout cela ne marche pas, alors une petite fessée, en son âme et conscience, est préférable à une peine d’emprisonnement, voir même de mort dans certains pays, que cet enfant, à 18 ans, pourra encourir parce qu’il n’aura pas obéi aux lois de la société.

    Finissons sur une anecdote: un juge du droit de la famille qui avait l’habitude de condamner les parents qui tapaient leurs enfants, avait fait la une des journaux quand son fille posta sur Youtube une vidéo de lui en train de la battre parce qu’elle avait désobéit à ses ordres. Cela s’est passé à Toronto et aux Texas. Nous ne prétendons pas savoir les circonstances derrière cette video. Mais elle illustre le fait qu’on ne peut pas unilatéralement condamner ou libéraliser le droit à la correction.

  • Belles-mères-Belles-filles (3) Les maris

    « L’homme quittera son père et sa mère et s’attachera à sa femme ». Nous avons parlé de la belle-mère et de la femme. Aujourd’hui nous concluons avec les beaux-pères et les maris. Une partie des problèmes belle-mère et belle-fille viennent des maris qui n’ont pas su ou pu quitter leur père et particulièrement leur mère.
    Les beaux-pères ne causent généralement pas de problèmes. Mais il est important pour les beaux-pères de savoir que les principes qui s’appliquent aux belles-mères s’appliquent aussi à eux. Et si ce n’est pas votre cas, belles-filles, appliquez-lui la même recette qu’à la belle-mère.
    Quant aux maris, avez-vous quitté vos parents, plus particulièrement votre mère pour vous attacher à votre femme? Mes frères, lorsque vous vous mariez, prenez conscience de votre changement de statut. Vous n’êtes plus l’enfant dont la maman s’occupait avec amour jusqu’ici, prenant plaisir à vous préparer les bons plats que vous aimez, à prendre sur elle de confectionner vos rideaux, des coussins pour vos canapés etc. Le gouvernement a changé et il ne peut avoir deux capitaines dans un bateau.
    Dès que l’homme se marie, il se trouve au milieu des deux femmes qui lui sont les plus chères. Il doit demander la sagesse au Seigneur pour pouvoir gérer et délimiter le territoire de chacune sans heurter l’une ou l’autre. Pour cela il doit comprendre les principes suivants:
    – Sa mère ne peut plus prendre des décisions concernant sa maison. C’est désormais la maison de son épouse. Il peut de temps en temps demander des conseils à sa mère, mais cette dernière ne doit pas gérer son ménage.
    – Sa femme n’est en aucun cas la domestique de sa mère comme dans certaines sociétés africaines.
    – Il se doit, si nécessaire, d’expliquer cet état des choses à sa mère: gentiment, respectueusement, mais avec fermeté.
    – L’homme doit également comprendre que sa femme ne vient pas mettre un terme à sa relation avec ses parents. Malheureusement, il existe des cas où des femmes se sont battues, souvent seules, pour élever leurs enfants et une fois mariés, ceux-ci les abandonnent.
    – Il doit comprendre que sa femme doit au minimum respecter ses parents. Ici aussi, Il doit le lui faire comprendre avec amour et fermeté.
    Comme on l’a dit dans l’article concernant les belles-filles, la situation est plus difficile pour la mère qui a le sentiment d’avoir « perdu » son fils. Le fils et la belle-fille doivent la rassurer, et faire qu’elle se sente à l’aise chez eux. Et, si elle a envie de temps en temps de cuisiner pour son fils, qu’on la laisse faire. L’homme quittera certes son père et sa mère, mais l’homme honorera son père et sa mère afin que ses jours soient heureux.
    En conclusion, nous avons parlé de ce que doivent faire les belles-mères, les belles-filles et les maris. Nous avons insisté sur le rôle des femmes parce qu’elles ont le pouvoir de changer beaucoup de choses dans la vie et dans ce domaine particulièrement. Mais combien plus le feraient-elles si les beaux-pères et les maris sortaient un peu de leur rôle d’observateurs pour être des médiateurs efficaces?
    Ensemble faisons chacun notre part avec l’aide du Saint-Esprit et ainsi les relations familiales iront beaucoup mieux.
    N. Lauretta
    Vous pouvez retrouver les deus précédents articles sur mon

  • Ghamte Nsi
  • Ghamte Nsi
  • BELLE-MERE CONTRE BELLE-FILLE (2)

    Partie 2 BELLE-FILLE

    Dans la bible, un cas de relation belle-mère-belle-fille nous est relaté dans le livre de Ruth.
    “Du temps des juges, il y eut une famine dans le pays. Un homme de Bethléhem (Élimélec) de Juda partit, avec sa femme (Naomi) et ses deux fils, pour faire un séjour dans le pays de Moab. Élimélec mourut, et elle resta avec ses deux fils. Ils prirent des femmes Moabites, dont l’une se nommait Orpa, et l’autre Ruth, et ils habitèrent là environ dix ans ». Ruth 1:1-4 LSG.

    Les deux fils de Naomi moururent aussi et elle décida de rentrer dans le pays de Juda. Ses deux belles-filles décidèrent de l’accompagner mais Naomi leur dit de retourner chacune à la maison de leur mère. La Bible nous dit:  » Elles élevèrent la voix, et pleurèrent; et elles lui dirent: Non, nous irons avec toi vers ton peuple. Naomi, dit: Retournez, mes filles! Pourquoi viendriez-vous avec moi? Ai-je encore dans mon sein des fils qui puissent devenir vos maris?…. Et elles élevèrent la voix, et pleurèrent encore. Orpa baisa sa belle-mère, mais Ruth s’attacha à elle. Naomi dit à Ruth: Voici, ta belle-sœur est retournée vers son peuple et vers ses dieux; retourne, comme ta belle-sœur. Ruth répondit: Ne me presse pas de te laisser, de retourner loin de toi! Où tu iras j’irai, où tu demeureras je demeurerai; ton peuple sera mon peuple, et ton Dieu sera mon Dieu; où tu mourras je mourrai, et j’y serai enterrée. Que l’Éternel me traite dans toute sa rigueur, si autre chose que la mort vient à me séparer de toi! Naomi, la voyant décidée à aller avec elle, cessa ses instances.” ‭‭Ruth‬ ‭1:9-18‬ ‭LSG‬‬.
    Nous remarquons une chose : Ruth promet de s’attacher à sa belle-mère et décide que seule la mort les séparera.
    J’en vois déjà qui grincent des dents. « Moi, m’attacher à cette sorcière? Après tout ce qu’elle m’a fait? Vous ne la connaissez pas! Elle a même cherché à me séparer mon mari etc.. « .
    Le drame c’est que je vous crois. De toute ma vie, je n’ai connu qu’une dizaine de cas où les belles-mères étaient adorables. Le plus souvent, elles sont difficiles pour ne pas dire intolérables. Et pourtant, quand vous enlevez à ces femmes leur casquette de belle-mère, beaucoup d’entre elles sont de bonnes amies, de bonnes collègues, de bonnes tantes et d’excellentes grands-mères (surtout avec les enfants de leurs filles).
    Que faut-il faire? Et si je vous disais de faire comme Ruth? Vous me direz certainement que c’était facile pour Ruth car Naomi faisait partie des 10% des femmes qui sont des belles-mères exceptionnelles. D’ailleurs, il suffit d’observer la manière dont Naomi a organisé le remariage de Ruth (comme une vraie mère) et comment elle a accueilli le fils de Ruth.
    Je vais vous livrer un secret: il y a une bénédiction cachée derrière chaque belle-mère. Je le dis par expérience. Il y a des principes bibliques d’ordre général. Lorsque nous avons la sagesse ou la révélation de les appliquer à une situation, nous obtenons des résultats extraordinaires.
    Parmi les principes qu’on peut retenir, il y a les suivants: “La haine excite des querelles, Mais l’amour couvre toutes les fautes.” ‭Prov.10:12‬ ‭LSG‬‬
    “Celui qui couvre une faute cherche l’amour, Et celui qui la rappelle dans ses discours divise les amis.” ‭‭Prov.17:9‬ ‭LSG‬‬
    “Une réponse douce calme la fureur, Mais une parole dure excite la colère. Prov. ‭15:1‬ ‭LSG‬‬
    “Mais moi, je vous dis: Aimez vos ennemis, bénissez ceux qui vous maudissent, faites du bien à ceux qui vous haïssent, et priez pour ceux qui vous maltraitent et qui vous persécutent,” Mat. ‭5:44‬ ‭LSG‬‬
    “Mais aimez vos ennemis, faites du bien, et prêtez sans rien espérer. Et votre récompense sera grande, et vous serez fils du Très-Haut, car il est bon pour les ingrats et pour les méchants.” ‭‭Luc‬ ‭6:35‬ ‭LSG‬
    Vous vous demandez comment vous pouvez faire pour aimer votre « sorcière »?
    1- commencez d’abord par arrêter de l’appeler « sorcière » ou autre chose. C’est la mère de votre mari et la grand-mère de vos enfants. Plus vous l’appellerez par ce nom, plus elle manifestera les traits de caractères attachés à ce nom.
    2- Demandez à Dieu de mettre l’amour pour elle dans votre cœur. On gagne les cœurs les plus durs par l’amour. Mais seul le Saint-Esprit peut mettre l’amour dans votre cœur.
    3- Initiez la réconciliation. Allez la voir et demandez-lui pardon. Vous n’avez rien fait? La Bible dit que si vous voulez prier et que vous vous souvenez que votre frère a quelque chose contre vous, allez d’abord vous réconcilier avec votre frère. Le fait est qu’elle a plus d’une chose contre vous, à tort ou à raison. Je ne vous garantis pas qu’elle vous accueillera les bras ouverts, mais vous aurez fait ce que Dieu attend de vous. Et si après avoir fait tout cela, elle demeure pareille, continuez, la Bible dit de ne pas se lasser de faire le bien.
    Vous faites tout cela pour Dieu, pas pour elle.
    4- Donnez-lui un peu plus d’attention. Vous êtes la gagnante dans l’opération. Elle a « perdu » son fils, vous l’avez « gagné ». Vous avez la responsabilité de le lui ramener. Prenez l’initiative de lui dire « Allons la voir, elle a besoin de telle ou telle chose, il faut que nous l’aidions etc ». Il y a des mamans insatiables mais le Seigneur vous donnera la sagesse pour faire la part des choses.
    Ruth a non seulement suivi sa belle-mère, mais arrivée en Juda, bien qu’étant étrangère, elle a cherché à travailler pour subvenir à ses besoins et à ceux de sa belle-mère. Écoutez ce que lui dit celui qui deviendra plus tard son époux: “Boaz lui répondit: On m’a rapporté tout ce que tu as fait pour ta belle-mère depuis la mort de ton mari, et comment tu as quitté ton père et ta mère et le pays de ta naissance, pour aller vers un peuple que tu ne connaissais point auparavant. Que l’Éternel te rende ce que tu as fait, et que ta récompense soit entière de la part de l’Éternel, le Dieu d’Israël, sous les ailes duquel tu es venue te réfugier!” Ruth‬ ‭2:11-12‬ ‭LSG‬‬.
    Vous pouvez choisir de détester votre belle-mère ou au mieux de l’ignorer sans rancune dans votre cœur. La deuxième belle-fille de Naomi est partie, la Bible ne nous dit pas ce qu’elle est devenue. Son histoire s’est arrêtée là. Mais Ruth a fini par épouser l’un des hommes les plus riches du pays et elle est devenue la grand-mère paternelle du grand roi David.
    Lorsqu’on met en pratique ces principes bibliques, qu’on soit chrétienne ou pas, on en tire des bénéfices. Il en est ainsi de la loi de la semence et de la récolte. Semez l’amour, l’affection, votre temps, votre argent dans la vie de votre belle-mère. Je connais une femme qui avait décidé de pardonner à sa belle-mère et de s’occuper d’elle. Aujourd’hui ses filles ont des belles-mères qui ne leur causent aucun problème. C’est un gros stress en moins dans la vie d’un couple.
    Pour conclure, que les belles-mères jouent leur partition et que les belles-filles jouent la leur. On aura ainsi une belle symphonie qui agrémentera la vie de beaucoup de personnes. J’ai été belle-fille, je suis belle-mère. Que le Saint-Esprit nous accorde à Toutes de faire chacune sa part. Amen.

  • BELLE-MERE CONTRE BELLE-FILLE (1)

    Continuer la lecture →

  • Ghamte Nsi (Nouvel Album / New Album)

    POCHETTE

    Nouvel Album Disponible / New Album Available

  • 10. PARLE-MOI DE JESUS / TELL ME ABOUT JESUS

    Parle-moi de Jésus/ Parle-moi de cet homme
    Parle-moi de ce Dieu/Ce qu’il a fait pour toi et moi
    Parle-moi de sa vie/ De ses ministères,
    Parle-moi de lui/ Ce qu’il a fait pour toi et moi

    Est-il si bon ?/ Est-il plein d’amour
    A-t-il tant de compassion/Pour tous ses enfants ?
    Est-il si grand ?/ Est-il si puissant ?
    Et si redoutable que l’on me le dit 

    La bible dit qu’il est fidèle
    La bible dit qu’il est plein d’amour
    La bible dit qu’il est compatissant
    Pour tous ceux qui espèrent en lui
    La bible dit qu’il est puissant
    La bible dit qu’il est terrible
    La bible dit qu’il est redoutable
    Pour tous ses ennemis

    Tell me more about Jesus
    Tell me about that man
    Tell me about that God
    Of what he’s done for me and you
    Tell me about his life
    And all his miracles
    Tell me all about him
    Of what he’s done for me and you

    Is he that good?/ So full of love?
    So merciful? / To everyone of us?
    He is so great / My God is mighty
    He is an awesome God
    Just like the prophets said

    The bible says: he is faithful
    The bible says: he is full of love
    The bible says: he shows mercy
    To anyone waiting on him
    The bible says: he is mighty
    The bible says: he is awesome
    The bible says: he is to be feared
    By all his ennemies

  • 9. J’ÉTAIS LÀ

    Retiens tes pleurs, les larmes de tes yeux
    Car voici le salaire de tes œuvres
    Je t’ai châtié, mais maintenant
    Je désire te faire grâce et te glorifier

    1. Cependant ne crois pas
    Que je t’avais oublié
    Quand tu traversais les eaux
    J’étais dans ta barque
    Quand tu passais par le feu
    J’étais ta carapace
    Comme avec Schadrac, Méshac et Abed-Nego
    Dans la fournaise ardente

    Ch. Et c’est pourquoi
    Tu étais courbé, mais non brisé
    Tu étais abattu mais non perdu
    Dans la détresse, mais non désespéré
    Tu tenais toujours bon
    Car j’étais là (4x)

    2. Quand tu étais calomnié
    J’encaissais les injures
    Quand tu étais frappé
    Je recevais les coups
    Si parfois tu as senti
    La douleur, les blessures
    Oh ! C’était la grâce d’avoir aussi part
    A mes souffrances ch

    3. Quand tu étais malade
    Je l’avais permis
    Et lorsque tu tombais
    Je te relevais
    Si parfois tu t’es senti seul et abandonné
    Ce n’était qu’une impression
    Car dans ces moments tu étais dans mes bras

    Il était la/ Il est la/ Il sera la pour toi

  • 8. TON SILENCE ME PÈSE

    1. Entends-tu la voix de mes larmes
    Entends-tu le discours de mon cœur
    Viens plaidons, plaidons ensemble
    Je parle je parle, je parle en vain

    Ch.. Ton silence me pèse ton silence m’accuse
    M’as tu rejeté ou c’est ma patience qui est mise à l’épreuve ?
    Ton silence m’attriste, ton silence m’accable
    Il y a si longtemps que mon cœur espère un signe du ciel

    2. Vois-tu le poids de mon fardeau ?
    Vois-tu ma chair collée à mes os ?
    Les gens alentour s’interrogent
    Son Dieu, son Dieu où est son Dieu ? Ch.

    3. Et puis, j’ai appris à Te connaître
    J’ai su que Tu ne dors ni ne sommeilles
    Mon âme quoi qu’il t’arrive ici bas
    Il veille, Il veille, Il veille sur toi

    Ch. Ton attitude Le vexe, ton attitude L’attriste
    N’as-tu pas confiance en Sa parole et en Ses promesses ?
    Ton attitude L’attriste, ton attitude Le limite
    Il y a si longtemps que ton Dieu attend que tu Le loues

A Notre Dieu / Unto God

A Notre Dieu / Unto God

$10

Laisse Toi Trouver Par Moi / Allow Me to Find You

Laisse Toi Trouver Par Moi / Allow Me to Find You

$10

Ghamte Nsi

Ghamte Nsi

$10